• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Être mère, c'est être négociatrice...

Être mère, c'est être négociatrice... - Martine Lemieux

J’essaie d’apprendre à mes enfants à faire certaines tâches pour les responsabiliser. Parfois, cela serait bien plus simple et rapide de le faire à leur place, mais cela crée une forme de dépendance en grandissant, alors que, ce que l’on souhaite, c’est d’en faire des enfants autonomes, ayant une bonne estime d’eux-mêmes. Ma plus jeune, Noémie, à 4 ans seulement, elle nourrit Carlos, le chat qui deviendra sûrement obèse cette année, si elle ne diminue pas ses portions. Dès qu’il miaule, elle se dit qu’il a faim et remplit sa gamelle de graines ou lui donnes des gâteries. Elle met aussi la table avec sa grande sœur. Il va de soi que mes assiettes sont incassables. Elle range ses jouets et quelques vêtements. En fait, c’est la seule qui aime bien participer aux tâches ménagères. Sa sœur Magalie, 9 ans, et son grand frère Frédéric 11 ans, prennent cette implication plutôt comme des corvées. Mes deux grands, participent au ménage, plient et rangent du linge propre, vident les sacs d’épicerie, servent et desservent la table. J’essaie de les intégrer à cuisiner aussi et parfois, cela devient très amusant surtout quand on modifie et invente un peu nos recettes.

Mon problème est que, l’été dernier, nous revenions de chez notre comptable, qui nous a aidé à revoir notre planification fiscale, quand mon fils nous a dit qu’on exploitait nos enfants (oui, oui vraiment exploité !!!) et qu’il réclamait quelque chose en échange de tout ce qu’il faisait à notre place. Ma mère, qui s’occupait de nos enfants pendant notre absence, a été leur dire, sans méchanceté, mais sans réfléchir non plus, qu’elle, elle faisait tout à la maison quand nous étions petits mon frère et moi. Ce qu’elle ne leur a pas dit, c’est qu’elle a eu la chance d’être femme au foyer et que sa belle-mère habitait avec eux. En effet, ma grand-mère a habité avec nous jusqu’à son décès, et sermonnait ma mère dès qu’elle nous faisait faire des tâches ménagères. Ma mère avait une peur bleue de ma grand-mère je crois ! Et j’avoue, que nous avons été gâtés, beaucoup trop même. Mais cela ne nous a pas rendu service. Enfin, moi je m’en suis bien tirée, mais en voyant mon frère, on s‘aperçoit vite qu’il manque d’autonomie. Il est très gentil, mais irresponsable et immature… Il vit encore chez maman et papa d’ailleurs. Donc, je ne souhaite pas ce modèle pour mes enfants. Ça n’a pas été simple de discuter avec Frédéric et de persévérer à encourager nos enfants à faire leur part, et participer à la bonne marche de la maison, sans se faire payer d’une manière ou d’une autre. Parfois, on les récompense, mais ce n’est jamais annoncé d’avance, et ça se fait sous forme de surprise familiale. Pas simple la responsabilisation des enfants… et avec l’hiver qui arrive, le pelletage de la neige, je sens revenir les négociations … Ouf !

À propos de l’auteur :

author

Passionnée de mode depuis ma plus tendre enfance (je chipais les magazine de ma mère), j’ai maintenant une carrière dans le monde du vêtement. En effet, je gère une superbe boutique de vêtements branchés à Québec et j’agis aussi – à temps partiel – comme styliste personnelle. Mais en plus de cette passion vestimentaire : j’adore écrire! C’est pourquoi j’ai décidé de me créer un blogue et d’écrire sur mes passions et mes réflexions au quotidien. J’espère que vous apprécierez! À bientôt!