• Facebook
  • Twitter
  • Google +

J’ai appris la poterie au centre culturel

J’ai appris la poterie au centre culturel - Martine Lemieux

Hier, j’ai suivi un stage d’un jour au centre culturel. Le centre organise tout le temps des expositions, des concerts, et des pièces de théâtre. C’est là que tous les clubs de la ville se retrouvent.

Je ne fais partie d’aucun club, mais je voulais essayer la poterie. Le club de poterie organisait une session pour les débutants, pour leur faire découvrir ce bel artisanat, alors je me suis lancée. Et je n’ai pas regretté un seul instant !

Le professeur est un potier professionnel, qui vend ses vases sur le marché. Il travaille au tour, et ensuite, il peint et vernit ses pots. Il vend tout ça sur les marchés. Je l’avais croisé un dimanche au marché central, mais je ne savais pas qu’il donnait des cours au centre.

Il s’est présenté et nous a expliqué ce que nous allions faire toute la journée. Il nous a montrés comment faire tourner le tour : il faut actionner une manette avec le pied, qui est posée au sol. Si vous avez déjà fait du piano, c’est un peu le même principe. La vitesse du tour dépend de la pression exercée par le pied, en somme. Ensuite, il nous a donnés de la terre, et il fallait l’humidifier de la bonne manière, ni trop, ni pas assez. Nous avons posé nos boules sur les tours, et avons essayé de faire comme lui, c’est-à-dire de creuser la boule et de faire monter les bords du pot, mais pratiquement personne n’a réussi. La seule personne qui soit parvenue à quelque chose de ressemblant nous a avoués ensuite que ce n’était pas sa première fois. Pendant toute la matinée, nous avons donc tenté de fabriquer un quelconque récipient.

Puis, à midi et demi, nous avons tous mangé dans la grande salle du centre culturel. Chaque personne avait apporté son sandwich, le mien était au thon et à la tomate, avec deux tranches de pain de mie aux céréales. Puis nous avons un peu discuté autour d’un café offert par le professeur, et enfin, nous sommes retournés à nos tours. J’avais un peu de douleur aux jambes. Sans doute que la prochaine fois que je vais y retourner ne sera pas le lendemain d’un jour où je subis un traitement pour les varices.

Peut-être parce que j’avais l’estomac plein, j’ai eu plus de facilité à manipuler ma boule d’argile. Vers la fin de l’après-midi, j’avais réussi à faire une sorte de vase asymétrique. Je ne savais pas que la poterie était aussi difficile !

À propos de l’auteur :

author

Passionnée de mode depuis ma plus tendre enfance (je chipais les magazine de ma mère), j’ai maintenant une carrière dans le monde du vêtement. En effet, je gère une superbe boutique de vêtements branchés à Québec et j’agis aussi – à temps partiel – comme styliste personnelle. Mais en plus de cette passion vestimentaire : j’adore écrire! C’est pourquoi j’ai décidé de me créer un blogue et d’écrire sur mes passions et mes réflexions au quotidien. J’espère que vous apprécierez! À bientôt!